NOUVEAU ANTISEPTIQUES MICROENCAPSULES

Voir l’article: NOUVEAU ANTISEPTIQUES MICROENCAPSULES

 

La flore bactérienne constituant la plaque dentaire est le facteur étiologique principal des maladies parodontales. L’accumulation des bactéries commensales formant le biofilm puis leur conversion vers des souches plus agressives, induisent des destructions tissulaires directes (par les enzymes et toxines bactériennes) et indirectes (par la réaction inflammatoire associée). Certaines souches bactériennes sont d’emblée particulièrement nocives pour les tissus gingivaux (ex : Porphyromonas Gingivalis, Treponema denticola…).

Il s’agit le plus souvent d’une infection entretenue liée à l’organisation et la maturation du biofilm bactérien face aux tissus de l’hôte. Toutefois, c’est le réponse de l’hôte qui détermine au final le caractère plus ou moins destructeur de l’agression bactérienne : la maladie parodontale, bien que d’origine infectieuse, est avant tout une pathologie
de terrain [1].

page1image27248880[1]